Fermer le menu

2ème phase du projet de réhabilitation de la Maison éco-paysanne : un projet dans l’air du temps suivi de près par la Région Nouvelle-Aquitaine !

Publié le 19 mai 2021

Lire le texte

La Maison éco-paysanne, lieu de conservation de la vie traditionnelle oléronaise et de l’architecturale locale entame la dernière phase de sa « mue ». Ce projet, remarquable par l’association réussie des savoir-faire d’hier et d’aujourd’hui, a particulièrement retenu l’intérêt de Sandrine Derville, vice-présidente de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge du tourisme, lors de sa visite mercredi 12 mai. 

Né à l’initiative de l’association « Les Déjhouqués », cet ensemble bâti, situé au cœur de Le-Grand-Village-Plage, évoque le cadre de vie d’une famille de cultivateurs oléronais d’autrefois.

En 2006, la Communauté de Communes (CdC) reprend la gestion de ce site communal. Son objectif de l’époque : conserver le patrimoine culturel oléronais collecté au fil des années par les membres de l’association et sensibiliser les générations actuelles et futures aux bienfaits d’un habitat écologique.

Pour ce faire, un projet de réhabilitation a débuté par la construction d’un centre d’interprétation, ouvert au public en 2019. Il devait être suivi par une série de travaux destinés, entre autres, à réhabiliter les bâtiments historiques (la thieuzine – nom charentais pour désigner la cuisine et la pièce de vie –  et le chai). C’est chose faite : le 22 janvier 2021, le conseil communautaire a voté le lancement de cette 2ème phase. Michel Parent, président de la CdC commente : « Avec cette dernière phase de transformation, la Maison éco-paysanne va gagner en attractivité. La nouvelle programmation culturelle qui en découlera renforcera l’offre touristique de qualité du territoire qui s’inscrit totalement dans la vision politique que les élus communautaires et moi-même portons à travers Oléron 2035 ! » 

Ces nouveaux espaces, destinés à recevoir du public, permettront de : – visiter l’intérieur d’une maison paysanne oléronaise tel qu’elle était à la fin XIXe siècle ; – visiter le chai attenant à la maison présentant le mobilier agricole traditionnel ; – disposer d’un espace polyvalent pour proposer plus d’ateliers et d’animations.

Le projet prévoit que le lieu soit, à terme, ouvert une très large partie de l’année, afin de contribuer au développement d’un tourisme durable moins concentré sur les mois d’été. Il comporte également une forte dimension environnementale, que ce soit dans le choix des techniques ou les matériaux ainsi que dans l’intégration de phases participatives pour la réalisation des travaux.

Lors de la construction du centre d’interprétation, la Région Nouvelle-Aquitaine avait soutenu financièrement le projet en s’engageant à hauteur de 17% du budget global. Aujourd’hui, alors que la deuxième phase de travaux s’annonce, la CdC sollicite à nouveau le soutien financier de la Région.

C’est dans ce contexte que la Maison éco-paysanne a eu le plaisir de recevoir la visite de Sandrine Derville, viceprésidente en charge du tourisme à la Région Nouvelle-Aquitaine mercredi 12 mai.
Particulièrement attentive à la dimension écologique du projet, elle a expliqué que la réhabilitation de la Maison écopaysanne rejoint les objectifs de la nouvelle feuille de route « Néo terra » votée en 2019 par les élus de Nouvelle-Aquitaine en de nombreux points tels que s’inspirer du patrimoine architectural traditionnel et local pour alimenter une réflexion sur l’habitat de demain ou opter pour une méthode de rénovation participative par la mise en pratique, par le public, des principes de l’écoconstruction.

 

 

partager la page