Fermer le menu

Inauguration des panneaux du Conservatoire de l’abeille noire dans le Nord de l’île d’Oléron : l’aboutissement d’un travail de plusieurs années !

Publié le 26 mars 2021

Lire le texte

Les élus de la communauté de communes de l’île d’Oléron et les 4 communes concernées (Saint-Denis-d’Oléron, La Brée-les-Bains, Saint-Georges-d’Oléron et Saint-Pierre-d’Oléron) ont inauguré la signalétique du Conservatoire de l’abeille noire oléronaise ce jeudi 25 mars en présence des représentants des partenaires du Conservatoire : CANO (Conservatoire de l’Abeille Noire Oléronaise, membre de la Fédération Européenne des Conservatoires d’Abeilles Noires) et CPIE (Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement).

La Communauté de Communes a commencé à travailler en 2016 avec les apiculteurs du territoire pour déterminer la meilleure stratégie à adopter pour protéger l’abeille locale. En effet, avant le développement d’une apiculture intensive en Europe de l’Ouest et l’essor de l’abeille « jaune », l’abeille mellifère française était « noire. » Moins adaptée aux techniques apicoles productivistes que les abeilles hybrides créées par l’Homme, elle a été délaissée par les apiculteurs professionnels. Les populations d’abeilles noires sont désormais en voie de disparition sur l’ensemble de l’hexagone. Elles ne subsistent que dans quelques territoires isolés. Le Nord de l’île d’Oléron a la chance de faire partie de ces dernières poches où les apiculteurs continuent d’entretenir des colonies d’abeilles noires. Le conservatoire vient mettre en lumière cette singularité oléronaise, un projet de longue haleine que MM. Massicot et Massé, président de la Communauté de Communes et vice-président en charge du développement durable pendant la mandature précédente, ont porté depuis le début.

Madame Dominique Rabelle, actuelle vice-présidente en charge des espaces naturels et de l’agriculture durable à la CdC soutient ce projet : « De notre capacité à préserver les espèces locales qui occupent notre île, dépendra notre qualité de vie. Les abeilles jouent un rôle majeur dans l’écosystème. Les abeilles noires, espèce rustique, se sont adaptées au fil des années à leur environnement. L’action de l’Homme ne doit pas venir perturber cet équilibre ! »

Un périmètre géographique règlementé … pour protéger l’espèce

En 2018, une évaluation génétique méticuleuse des colonies oléronaises (réalisée en partenariat avec un laboratoire du CNRS de Gif sur Yvette) et une concertation avec tous les acteurs de la filière apicole ont permis de définir un périmètre géographique de protection appelé « conservatoire ». Ce dernier a pour objectif de limiter l’hybridation des abeilles noires encore présentes. Pour ce faire, il a été nécessaire de définir 3 zones dotées d’une règlementation spécifique au sein du conservatoire comme suit :

  1. une zone « sanctuaire » de 3 km de rayon au cœur du conservatoire où seules les colonies noires et locales sont autorisées
  2. une zone « conservatoire » de 4 km de large autour de la zone « sanctuaire » dont le niveau de pureté génétique des colonies d’abeilles pourra être légèrement inférieur mais où aucune colonie non-noire n’est acceptée,
  3. et enfin une zone « tampon », en périphérie sud du conservatoire, servant à ralentir les flux de gènes hybrides. Dans un but de respect mutuel, cette zone n’a pas vocation à être densifiée en abeilles, quelles qu’elles soient, mais constituée de colonies résultant de croisements naturels et inévitables entre les deux populations de l’île.

A cette zone géographique, une réglementation spécifique a été définie : toutes personnes, apiculteurs professionnels ou amateurs, en possession de ruches dans le conservatoire (même ponctuellement) ont l’obligation de faire une déclaration en mairie en plus de la déclaration obligatoire exigée par la loi. Pour ce faire, les 4 communes du nord (sur lesquelles s’étend le conservatoire) ont pris des arrêtés municipaux dès 2018.

En dehors du conservatoire, l’élevage n’est pas réglementé sur l’île d’Oléron pour permettre aux apiculteurs souhaitant travailler avec d’autres espèces d’installer leurs ruchers dans le Sud de l’île.

Une signalétique informative et éducative … pour préserver l’abeille noire en danger

La Communauté de Communes a installé, pendant l’hiver dernier, 29 panneaux sur les communes de Saint-Denis-d’Oléron, La Brée-les-Bains, Saint-Georges-d’Oléron et Saint-Pierre-d’Oléron.

Cette signalétique se compose de 3 types de panneaux :

  • des totems bois  sur les itinéraires cyclables ,
  • des panneaux de type « routier » sur les routes,
  • et des panneaux d’information sur des points à fort passage piétonnier.

Afin d’informer la population de l’existence d’une espèce locale rare, du rôle du conservatoire et afin d’inviter les apiculteurs aux respects de la réglementation. Alors ensemble, sauvons l’abeille noire de l’île d’Oléron !

partager la page