Fermer le menu

La stratégie foncière agricole d’Oléron : un exemple pour les autres îles atlantiques

Publié le 14 décembre 2021

Lire le texte

Les 25, 26 et 27 novembre derniers, avaient lieu les rencontres agricoles inter-îles du RAIA (Réseau Agricole des Iles Atlantiques) sur l’île de Bréhat, en Bretagne. Plusieurs agents territoriaux, citoyens et producteurs oléronais ont répondu à l’invitation du réseau pour représenter l’île. De nombreuses thématiques ont été abordées lors de ces trois journées : démarches alimentaires, biodiversité, faune sauvage et l’accès au foncier agricole. 

Le RAIA réunit des agriculteurs, des collectifs agricoles des associations et des collectivités. Ses membres partagent la conviction que le maintien et le développement d’une agriculture durable dans les îles sont indispensables à la construction de territoires vivants, autonomes et résilients face aux enjeux d’aujourd’hui. L’objectif de l’association est de développer l’entraide, la mutualisation de moyens et la montée en compétence collective sur les sujets agricoles et alimentaires. Dans ce contexte, le RAIA a sollicité la communauté de communes de l’île d’Oléron pour témoigner des actions qu’elle mène pour faciliter l’accès au foncier agricole.

La Communauté de Communes a présenté les particularités de l’île d’Oléron et la difficulté que les agriculteurs rencontrent pour obtenir des terres cultivables. Depuis 2019, dans le cadre du dispositif financier Oléron 21 proposé par le département de la Charente-Maritime, la Communauté de Communes travaille à l’acquisition de parcelles en friche et à leur remise en état pour les destiner notamment à un usage agricole.

En 3 ans, 70 hectares ont été achetés, soit 500 parcelles en raison d’un morcellement parcellaire important sur Oléron. Trent sept chantiers ont été engagés pour une remise en état des parcelles agricoles en déprise et cinq hectares mis en fermage entre propriétaires et agriculteurs en direct.

La présentation des avancées de l’île d’Oléron sur les questions agricoles depuis 2011, permet aux autres îles de la façade atlantique de déployer des outils pour travailler sur ce domaine. Un rôle moteur auquel tient beaucoup Dominique Rabelle, Vice-présidente de la CdC en charge de l’agriculture : « C’est très important pour l’ensemble des îles de se réunir une fois par an pour présenter les différentes avancées de chacun. L’île d’Oléron travaille depuis 2011 sur les questions foncières et nous avons donc acquis énormément d’expérience. Nous sommes heureux d’en faire profiter les autres iles et constater qu’elles s’appuient sur notre modèle pour avancer. Je tiens également à souligner que notre plan d’actions autour de la labellisation Projet Alimentaire Territorial (PAT) initié fin 2018 a, lui-aussi, suscité beaucoup d’intérêt puisque Bréhat a décidé de se lancer cette année et de recruter aussi un chargé de mission PAT.»

Ces journées se sont clôturées par des visites d’exploitations agricoles bréhatines.

partager la page