Fermer le menu

Le Préfet de Charente-Maritime en visite sur l’île d’Oléron !

Publié le 14 septembre 2021

Lire le texte

Nommé en novembre 2019, quelques mois avant le début de la crise sanitaire, Nicolas Basselier, préfet de Charente-Maritime souhaitait venir à la rencontre des élus de l’île d’Oléron. Ces déplacements très attendus sont généralement l’occasion d’aborder les projets des territoires mais aussi le soutien de l’État. C’est désormais chose faite : lundi 13 septembre, les élus oléronais ont accueilli Nicolas Basselier pour une journée d’échanges sur les enjeux oléronais.

Rappelons que la Communauté de Communes(CdC) et l’Etat ont signé en juillet dernier le Contrat de Relance et de Transition Ecologique (CRTE) pour accompagner la relance de l’activité. Ce contrat formalise les engagements réciproques des collectivités du territoire et de l’État pendant 6 ans. Concrètement, il s’agit de déployer des projets en faveur de la transformation écologique, sociale, culturelle et économique du territoire.

Son programme d’action – issu de la feuille de route des élus locaux « Oléron 2035 » – a pour but de répondre aux enjeux d’aujourd’hui et de demain. Il s’intègre dans le cadre du plan « France Relance » du Gouvernement qui souhaite que chaque territoire décline un projet de relance à court, moyen et long terme, en cohérence avec les besoins locaux et les objectifs nationaux… moyennant des soutiens financiers (Etat, ADEME, ANAH, …).

La journée de Nicolas Basselier a commencé sur les questions cruciales d’accès aux services de santé sur l’île d’Oléron, un problème auquel toutes les communes insulaires n’échappent pas malgré la présence régulière d’une population en résidence secondaire et la forte fréquentation estivale. Avec 15 praticiens sur l’île pour une population fluctuant de 22 000 habitants à plus de 200 000, la moyenne d’âge élevée des médecins oléronais préoccupe les maires.

Pour illustrer les moyens à la disposition des communes, le Préfet a visité la Maison de Santé Pluriprofessionnelle (MSP) du Château d’Oléron créée en décembre 2020 et financée à hauteur de 34% par l’État. Cette structure – permettant de regrouper en un même lieu plusieurs professionnels de santé et souvent combinée avec un loyer modéré – est le seul levier communal pour assurer une continuité de service médical à la population. Michel Parent explique : « La démographie médicale vieillissante nous touche comme beaucoup de territoires ruraux. Au Château d’Oléron nous avions compris qu’il faudrait mettre en place un lieu unique regroupant les professionnels de santé libéraux dont la commune resterait propriétaire ; les occupants s’acquittant d’un simple loyer. Notre Maison de Santé, ouverte en janvier, ne désemplit pas et c’est une belle victoire. ».

Monsieur Parent a conduit le Préfet dans le centre bourg du Château d’Oléron pour lui faire découvrir le concept du « village-jardin » en cours d’aménagement dans le cadre de la requalification globale du centre bourg et explique : « L’idée est de végétaliser les espaces urbains pour offrir un cadre de vie plus agréable, lutter contre l’artificialisation des sols, stocker du carbone dans les plantes et rafraîchir la ville pendant les journées chaudes. Ce sera j’en suis convaincu l’une des actions majeures à engager si l’on veut s’adapter et lutter contre le changement climatique. ». Michel Parent a proposé d’accompagner les communes oléronaises dans cette démarche par ailleurs inscrite dans Oléron 2035.

La matinée s’est poursuivie avec la visite du chantier de la gendarmerie intercommunale à Saint-Pierre-d’Oléron en présence des maires et conseillers départementaux, Christophe Sueur et Dominique Rabelle. Le préfet a pu constater que ce dernier intègre une démarche à énergie positive : isolation biosourcée, chauffage géothermique, production d’électricité photovoltaïque.

Le projet de casernement neuf, dont la première pierre a été posée en 2020, regroupera – dans 600m² de bureaux et locaux techniques et 22 logements – le personnel des 2 brigades actuellement implantées sur l’île. Les travaux avançant à bon train, la réception se fera selon le calendrier prévu au printemps 2022.

À l’occasion d’un buffet au sein du chai de la coopérative viticole située à Saint-Georges-d’Oléron, le Préfet a ensuite abordé la situation agricole actuelle avec les représentants locaux du secteur primaire :

  • Phillippe Caumont, directeur de la coop Viti Oléron
  • Cécile Nadreau, agricultrice au Jardin de la Josière à Saint-Georges-d’Oléron
  • Samuel Barbereau, saulnier à Boyardville
  • Emilie Mariot, présidente du Groupe d’Échanges et de Développement Agricole et Rural de l’île d’Oléron (GEDAR)
  • Cyril Pain, ostréiculteur au Château-d’Oléron et représentant du Comité régional conchylicole
  • Franck Méteau, président de l’organisation des producteurs de la Cotinière

Les acteurs des filières primaires ont tous évoqué les problématiques récurrentes liées au climat. Ils témoignent de saisons de plus en plus imprévisibles et de dommages sur les cultures qui se multiplient (gels tardifs, précipitations violentes, sécheresses, maladies, etc.). Le changement climatique inquiète les professions agricoles et aquacoles.

Le sujet des dégâts sur les cultures causés par les sangliers a fait l’objet d’un long développement par les représentants présents qui se disent « à bout » et demandent des moyens exceptionnels pour réguler ce gibier en surpopulation depuis plusieurs années.

Les professionnels de la pêche et de la conchyliculture ont eux insisté sur les difficultés de recrutement et de logements pour leurs employés. Ces métiers semblent avoir du mal à séduire les jeunes, malgré des rémunérations souvent attractives. Michel Parent s’est associé aux constats dressés par ces professions maritimes emblématiques de l’île et leur a assuré avoir mesuré les difficultés des actifs oléronais à trouver un logement à louer ou construire. Il a rappelé l’engagement pris par ses collègues élus communautaires et lui-même à travers Oléron 2035.

L’après-midi le préfet a retrouvé les 8 maires de l’île d’Oléron autour d’une table ronde au sein du siège rénové de la CdC pour évoquer les différents projets portés par les communes et leurs difficultés. Des réponses ne seront pas toujours apportées tant les sujets abordés sont nombreux, mais les oléronais auront été entendus et le préfet est repartis avec une meilleure connaissance de l’île d’Oléron et de ses particularismes.

 

partager la page