Fermer le menu

Les élus de la communauté de communes de l’île d’Oléron s’engagent pour une stratégie volontariste de reconquête des friches agricoles !

Publié le 09 juillet 2021

Lire le texte

Tous les acteurs de l’île d’Oléron sont unanimes : le développement de l’agriculture oléronaise passe par un accroissement du nombre de parcelles cultivées, cependant les terrains en friches ne cessent d’augmenter. Depuis 2010, la Communauté de Communes (CdC) mène un programme d’actions pour requalifier des friches en terres agricoles exploitables, dans le respect des écosystèmes. Jeudi 8 juillet, à l’occasion d’un conseil communautaire, les élus se sont engagés pour renforcer la stratégie et les actions portées par la CdC à horizon de 2026. 

Aujourd’hui, malgré les efforts de la Communauté de Communes (CdC) à réinvestir les friches oléronaises en terres cultivables pour les activités primaires, le nombre de terrains en friche augmente. Les principales causes sont la spéculation foncière, la rétention foncière des propriétaires terriens, l’urbanisation, le morcellement du territoire et la diminution du nombre d’agriculteurs. Ainsi, les terres agricoles diminuent et le nombre de parcelles abandonnées augmente, devenant des friches : soit environ 2 000 ha qui pourrait être réinvestis en lieu de culture. Avec elles, le sentiment d’un territoire non entretenu s’installe : prolifération d’une faune classée nuisible (sangliers, lapins, etc.), déséquilibre de la biodiversité, risques d’incendie, etc.

Depuis 2012, la Communauté de Communes engage et mène des actions de reconquête des friches agricoles avec l’aide de partenaires (Département de la Charente-Maritime, Conservatoire du Littoral, Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural).

De 2019 à 2021, la communauté de communes de l’île d’Oléron – dans le cadre du programme Oléron 21 soutenu par le Département de la Charente-Maritime – a engagé des moyens financiers importants (670 000 €) pour acquérir les parcelles à forts enjeux et restaurer les friches agricoles.

Jusqu’à maintenant, ces actions consistaient à remettre en culture :

  • les grandes friches constituées de plusieurs parcelles (ilots fonciers) d’intérêt agricole, parallèlement aux actions portées par le Département de la Charente-Maritime dans les espaces naturels sensibles du territoire et aux actions du Conservatoire du Littoral dans les marais.
  • ainsi que les friches situées à proximité d’une exploitation agricole en vue de renforcer son activité.

En mars 2021, avec le programme Oléron 2035, les élus communautaires ont réaffirmé leur engagement pour inscrire dans la durée, la gestion des espaces naturels et agricoles (protection, restauration, entretien…) en concertation avec les collectivités et les socio-professionnels (agriculteurs, sauniers, conchyliculteurs…). Loin de s’arrêter là, jeudi 8 juillet en conseil communautaire, les élus ont validé la stratégie d’intervention foncière 2021-2026 qui se veut plus ambitieuse en élargissant les secteurs d’interventions aux :

  • parcelles en friche posant problème et identifiées comme prioritaires par les communes, les agriculteurs ou encore les chasseurs ;
  • parcelles en friche le long des grands axes routiers stratégiques de l’île ;
  • parcelles en friche situées dans un périmètre de 150 mètres autour d’habitations et pouvant constituer un refuge pour les sangliers ;

Concrètement, les communes contacteront les propriétaires concernés pour leur demander d’entretenir leur terrain. Selon les cas, les collectivités pourront se porter acquéreur et prendre à leur charge le débroussaillage ou l’écopâturage. La CdC pourra aussi financer l’implantation de « couverts végétaux » (association de plantes favorisant la fertilité du sol, la biodiversité et limitant la reprise de la friche). Dans les cas extrêmes, une mise en demeure des propriétaires sera envisageable.

Michel Parent appelle à une mobilisation collective des propriétaires de terrains, des agriculteurs et des pouvoirs publics : « Il faut endiguer ce phénomène d’enfrichement … devenu insupportable ! ». Dominique Rabelle rajoute : « Ces actions – qui seront engagées main dans la main par les communes et la Communauté de Communes pour lutter contre les friches – visent à répondre aux enjeux de protection de l’ensemble des espaces insulaires, naturels, cultivés et habités, qui participent de manière essentielle à la qualité de vie des Oléronais ! ».

partager la page