Fermer le menu

Les élus oléronais adoptent la première stratégie locale de gestion de la bande côtière en Charente-Maritime !

Publié le 09 juillet 2021

Lire le texte

Depuis 2019, la communauté de communes de l’île d’Oléron a engagé une vaste étude de diagnostic hydrosédimentaire, de modélisation des courants et des vagues, et de définition des zones menacées par l’érosion avec des projections de recul du trait de côte à échéance 2030 et 2050. A l’occasion du conseil communautaire du 8 juillet, les élus ont adopté la première stratégie territoriale de gestion de l’érosion du littoral. 

Le 2 avril dernier s’est tenu le comité de pilotage autour des sujets de la compétence gestion du littoral de la Communauté de Communes (CdC). A l’ordre du jour : la stratégie territoriale de gestion de la bande côtière de l’île d’Oléron, réalisée en partenariat avec les 8 communes du territoire, le Département de la Charente-Maritime, la Région Nouvelle-Aquitaine, les services de l’Etat et le Groupement d’Intérêt Public Littoral.

Muni d’une carte indiquant les zones et les types d’enjeux (bâtiments, routes, parking, etc.) menacés d’érosion, les élus de la CdC ont travaillé sur un mode de gestion adapté à chaque situation et sur un vaste programme d’action.

Où reculer ? Où s’adapter ? Où faire face ? Où surveiller ? Où accompagner ?… Autant de questions que les élus se sont posé pour élaborer un plan d’actions stratégique cohérent, adapté et proportionné.

Ce dispositif, voté en conseil communautaire jeudi 8 juillet, vient renforcer le cadre d’intervention au titre de la GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques de Prévention des Inondations) déployé par la CdC depuis 2018 et dont, la question de l’érosion restait une démarche facultative. 

Michel Parent, président de la CdC explique : « Cette stratégie locale est non seulement la première à voir le jour en Charente-Maritime, mais est aussi la première à prendre en compte à la fois la problématique de submersion et la problématique de l’érosion marine, qui intrinsèquement sont liées. » 

Ce programme regroupe 8 axes d’études et travaux, évalués à plus de 2M€HT et à engager sur les 3 prochaines années :

  1. poursuite de la connaissance de l’alea érosion et de la conscience du risque
  2. surveillance et prévision de l’érosion
  3. alerte et gestion de crise vis-à-vis de l’érosion
  4. prévention – prise en compte des risques érosion dans l’urbanisme
  5. actions de réduction de la vulnérabilité des biens et des personnes dont actions de relocalisation des activités et des biens
  6. actions d’accompagnement des processus naturels, ou de lutte active souple contre l’érosion
  7. gestion des ouvrages de protection de lutte active dure contre l’érosion
  8. portage, animation et coordination de la stratégie locale

Les partenaires financiers susceptibles de soutenir le plan d’actions sont l’Europe, la Région Nouvelle Aquitaine, l’Etat et le Département.

partager la page