Territoire

Lire le texte

Démographie

L’île d’Oléron est, avec une superficie de 174 km², la plus grande île française métropolitaine après la Corse. Avec plus de 22 000 habitants permanents, sa densité de population (124 hab/km²) est au-dessus de la moyenne nationale (113). Son attractivité touristique et résidentielle détermine l’enjeu du territoire : maintenir l’équilibre entre une activité humaine dynamique et un milieu naturel riche et fragile.

Trésors naturels et éco-tourisme

60 km de plages de sable, 2 729 ha de forêts, côtes rocheuses, marais, flore variée, espèces d’oiseaux protégés, microclimat particulièrement doux… Parcourue par 130 km de pistes cyclables, l’île d’Oléron est une destination prisée par les amoureux de nature, randonneurs, cavaliers, surfeurs et pêcheurs à pied. A la belle saison, la population décuple et profite à tous les secteurs, tourisme, restauration, activités sportives, agriculture, pêche, artisanat, commerce de proximité… Près de 1 500 entreprises se sont implantées sur l’île.

Oléron de Loti

Pierre Loti décrit avec nostalgie ses vacances à Oléron : ≪ Une grande île sablonneuse (…) des bois de pins où passe le vent de la mer… ; des marais salants où, pendant les chaudes journées d’été, le sel soigneusement ramassé en petits tas d’une blancheur de neige, répand une senteur particulière que les paysans appellent « odeur de violette ». « Sur les dunes des tapis d’immortelles et d’œillets-roses, si odorants qu’ils envoient leur parfum jusqu’au large, aux navires… ≫.

Produits du terroir

Pêche à La Cotinière (1er port de pêche de Charente-Maritime : langoustine, crabe, sole, bar, maigre, céteau, seiche…), ostréiculture (huîtres Marennes-Oléron), mytiliculture (moules de bouchot), viticulture (cognac, pineau, vins de pays), saliculture et maraîchage… Le terroir oléronais et ses labels constituent le socle traditionnel de l’activité humaine sur l’île.

Le fort, le phare et le pont

À 2 km de la côte est, face à la forêt des Saumonards et à Boyardville, le fort Boyard s’élève en pleine mer ; sa longue et chaotique construction, entre 1804 et 1859, constitue un authentique exploit. À la pointe nord de l’ile, le phare de Chassiron, rayé comme un bagnard, est le monument emblématique d’Oléron. Quant au pont qui relie l’île au continent depuis 1966, il a été précédé de projets plus ou moins délirants : un transbordeur métallique à travée centrale levante, un tramway à vapeur sous-marin, et même un ouvrage incluant une tour-hôtel de 140 m de haut au milieu du coureau !

 

ACTUALITÉS

partager la page